Compagnie Dans le ventre

-

Rébecca Chaillon

IMG_4641 copie.jpg

Compagnie Dans le ventre

Depuis sa création en 2006, la Compagnie Dans le Ventre explore les identités féminines, le rapport au corps et à la société. D’abord à travers des pièces d’auteurs, puis par un travail d’écriture plus personnel. Après deux premières créations : 8 femmes et Savantes ?  dont elle assure la mise en scène, Rébecca Chaillon travaille en 2011 à la création d’un solo/performance : L’estomac dans la peau. Son texte est lauréat de l’aide à la création de textes dramatique du CNT (palmarès 2012) dans la catégorie Dramaturgies Plurielles.

En 2015, la compagnie lance un projet de création autour du cannibalisme amoureux : Monstres d’amour (je vais te donner une bonne raison de crier). Ces deux projets aux écritures plurielles mêlent écriture, vidéo, auto-maquillage et performance pour aborder des thématiques à la fois intimes, politiques et universelles.

 

En novembre 2016, la compagnie fête ses 10 ans lors d’une soirée performative « Plus gros que le ventre » au Générateur à Gentilly et travaille à la production de son nouveau projet consacré au foot féminin : Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute. Douze personnes nées assignées femmes, pratiquant le football ou ayant une pratique scénique du corps dans l’effort, se rencontrent sur un terrain commun : celui de la performance, sportive et artistique. Elles se réapproprient ce sport plusieurs fois confisqué aux femmes, et racontent une histoire politique des corps, des identités féminines et du football.

Deux nouveaux projets sont actuellement en cours de production. Dans le but à demi avoué de voir l’hétéronormativité s’étouffer d’une fausse route malencontreuse, le projet d’Elisa Monteil et Raphael Mouterde : Rivière sale propose une zone partageable d’exploration des désirs et des fantasmes. Le projet de spectacle.

Carte Noire nommée Désir est une forme performative qui s’intéresse à la construction du désir chez les femmes noires en France.

 

En parallèle de ces productions qui s’inscrivent dans une temporalité longue, la compagnie est attachée à une spontanéité de la création et participe notamment à diverses manifestations artistiques et militantes avec des formes plus légères et performatives

 

La compagnie a également toujours eu à cœur de proposer des dispositifs d’action culturelle et de sensibilisation des publics s’appuyant notamment, mais pas uniquement, sur les créations artistiques de la compagnie. Cette activité se décline sous différentes formes et outils et sont proposées en collaboration avec différents partenaires, institutionnels, éducatifs, associatifs.

Rébecca Chaillon

D’origine martiniquaise, Rébecca Chaillon passe son enfance et son adolescence en Picardie. Elle rejoint Paris pour des études d’arts du spectacle et le conservatoire du XXème arrondissement de Paris. De 2005 à 2017 elle travaille au sein de la compagnie de débat théâtral Entrées de jeu dirigée par Bernard Grosjean et dans sa propre structure : La compagnie Dans le Ventre qu’elle fonde en 2006.

Sa rencontre avec Rodrigo Garcia lui confirme son envie d’écrire pour la scène performative, d’y mettre en jeu sa pratique de l’auto-maquillage artistique enseignée par Florence Chantriaux et sa fascination pour la nourriture. Elle écrit alors un seule-en-scène L’Estomac dans la peau (texte lauréat CNT/ARCENA dans la catégorie Dramaturgies Plurielles en 2012) ainsi que de courtes formes performatives, programmés dans de nombreux festival de performances mais aussi dans des lieux de diffusions tels que La Ferme du Buisson et la Scène Nationale d’Orléans. Sa création suivante Monstres d’amour (je vais te donner une bonne raison de crier) est un duo avec sa collaboratrice principale Elisa Monteil, autour du cannibalisme amoureux et d’Issei Sagawa.

En 2016, Rébecca participe aux films documentaires sur les performers pro-sex d’Emilie Jouvet My body my rules, et Ouvrir la Voix d’Amandine Gay sur les femmes afro-descendantes. Elle débute aussi sur les écrans avec un rôle récurrent pour une série produite par OCS, Les Grands, réalisée par Vianey Lebasque.​

 

Rébecca Chaillon écrit les textes, danse et performe dans la création de Delavallet Bidiefono : Monstres/On ne danse pas pour rien et travaille avec Yann Da Costa dans Loveless et les Détaché.e.s, avec Gianni Gregory Fornet dans Oratoria Vigilant Animal, Anne Contensou pour Elle/Ulysse, Arnaud Troalic dans Polis.

Son spectacle autour du football féminin et des discriminations, Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute, a été crée en novembre 2018 à la Ferme du Buisson, et représenté notamment aux CDN de Rouen, de Dijon, de Montreuil et à la Scène Nationale d’Orléans.

En 2019, elle conçoit et interprète avec Pierre Guillois le spectacle Sa bouche ne connaît pas de dimanche – fable sanguine, dans le cadre de l’édition 2019 de Vive le sujet (festival d’Avignon/SACD).

Sa nouvelle création, Carte Noire nommée Désir, est attendue à l'automne 2021. 

Les projets

Sophie Madigand.jpg

© Shophie MADIGAND

Où la chèvre

est attachée,

il faut qu’elle broute

Douze personnes nées assignées femmes, pratiquant le football dans l’équipe des Dégommeuses ou ayant une pratique scénique du corps dans l’effort, se rencontrent sur un terrain commun, celui de la performance, sportive et artistique. Dans le temps du match et avec ses codes, elles se mettent en jeu dans une histoire généralement présentée comme appartenant aux hommes.

Elles se réapproprient ce sport plusieurs fois confisqué aux femmes, et racontent une histoire politique des corps, des identités féminines et du football. Une approche intersectionnelle des discriminations rencontrées dans la société, où se mêlent performances, musique en direct et poésie.

Texte et mise en scène : Rébecca Chaillon
Collaboration artistique : Céline Champinot
Assistanat à la mise en scène : Élisa Monteil
Equipe : Rébecca Chaillon, Élisa Monteil, Adrienne Alcover, Adam.M, Marie Fortuit, Patricia Morejon, Juliette Agwali, Audrey le Bihan, Yearime Castel y Barragan, Mélanie Martinez Llense

Compositon musique et interprétation live : Suzanne Péchenart
Chanson/hymen de la Fifoune : Anouck Hilbey
Création et régie lumières : Suzanne Péchenart
Régie générale, son et vidéo : Marinette Buchy

Régie générale : Gaëlle Grassin

 

Développement / production,  L’oeil écoute - Mara Teboul & Elise Bernard


Production, Cie Dans Le Ventre

Coproduction, CDN de Normandie-Rouen, La Ferme du Buisson – Scène Nationale de Marne-la-Vallée, Mains d’Oeuvre, Le Phénix – Scène Nationale de Valenciennes, 232U Théâtre de Chambre.

Soutien,  Carreau du Temple, établissement culturel et sportif de la Ville de Paris.

© Sophie Madigand

Carte Noire nommée désir

Comme pour une « carte blanche » qui formule une invitation à créer, je veux inviter pour Carte Noire nommée Désir une distribution exclusivement composée de personnes Noires assignées femmes. L’agencement scénique mime un dispositif bi-frontal : un « public » de femmes Noires face au reste du public assiste comme lui, à un spectacle performatif qui traite de la construction du désir chez ces femmes Noires sus-citées. La non- mixité est un outil indispensable à l’émancipation des minorisé.é.s (homosexuel.le.s, Noir.e.s, Femmes…). Cet agencement ne cherche pas à opposer ses publics, mais à mettre en relief ses perceptions (temporelles, spatiales, émotionnelles) différentes selon l’espace occupé et de préciser les contours d’une rencontre entre ces deux « publics ». Car il ne s’agit là que d’orchestrer une rencontre, s’il fallait insister sur ce point."

Texte et mise en scène Rébecca Chaillon 

Avec Bertoulle Beaurebec, Estelle Borel, Rébecca Chaillon, Aurore Déon, Maëva Husband, Ophélie Mac, Makeda Monnet, Fatou Siby

Dramaturgie Céline Champinot

Assistanat à la mise en scène Olivia Mabounga

Scénographies Camille Riquier et Shehrazad Dermé

Création & régie sonore Elisa Monteil 

Régie générale & plateau Suzanne Péchenart 

Création & régie lumière Myriam Adjalle

Collaborations artistiques Aurore Déon, Suzanne Péchenart, Luz Moreno et Anaïs Silvestro / Tools of food

Production / Développement L’Oeil Ecoute – Mara Teboul & Elise Bernard 

 

Coproduction

Théâtre de la Manufacture - CDN de Nancy / 

Le Carreau du Temple, Établissement culturel et sportif de la Ville de Paris / Le Maillon – Théâtre de Strasbourg scène européenne / La Scène Nationale d'Orléans / Le Fond de Dotation Porosus / Le Fond Transfabrik – Fond franco-allemand pour le spectacle vivant / Le Nordwind Festival / 

Maison de la Culture d’Amiens – Scène nationale / L’Aire

libre – Centre de Production des Paroles contemporaines, Rennes / La Ferme du Buisson – Scène nationale de Marne-la-Vallée / Dans les parages – LA ZOUZE Cie Christophe Haleb, Marseille / CDN de Normandie – Rouen / Le Théâtre Dijon-Bourgogne CDN

 

Soutiens 

Les Subsistances / Lyon et le Générateur - lieu d’art et de performances / La Loge à Paris / Kampnagel Fabrik – Hambourg / 

 

Développement / production,  Mara Teboul & Elise Bernard – L’Oeil Ecoute

 

La Cie Dans le Ventre / Rébecca Chaillon est artiste associée au Théâtre de la Manufacture – CDN de Nancy.

 
 

Agenda Cie Dans le ventre

Visuel 1 - Sophie Madigand.png

Rébecca Chaillon

Cie

Dans le Ventre

En tournée : Où la chèvre est attachée il faut qu'elle broute

En création pour 2021 : Carte Noire nommée désir 

Contact - Cie Dans le Ventre

Développement - Production
Mara Teboul : +33 (0)6 03 55 00 87

mara.teboul@loeilecoute.eu